Alaric de Portal

In vino veritas

A 40 ans, le membre du Codir de Ventealapropriete.com (leader des sites 100 % vins et champagnes) a trouvé SA vérité dans le monde du vin et de l’entreprise. Son parcours et sa vision des choses empruntent avec bonheur des chemins de traverse.

Quoique « modeste amateur », Alaric de Portal est un fan de triathlon. Avec une vision très personnelle de la discipline qu’il aborde comme une philosophie de vie. Il aime nager : « Dans l’eau, il y a la contrainte de l’élément. Il faut chercher la glisse, pas la force. Le travail sur la respiration s’apparente au yoga. C’est magique. » Il aime pédaler : « Sur un vélo, on touche au principe d’inertie. Il faut allier la puissance et le rythme. » Il aime courir : « On n’imagine pas toujours ce que la course à pied fait comme bien à la tête. On évacue le stress. On amène son corps plus loin. On cherche des seuils à dépasser… » Une philosophie de vie, donc, qu’il transpose aisément dans le cadre professionnel. On lui a dit un jour que l’entreprise était un sport de décisionnaire. Il a fait son miel de la formule. « Parce que cela réclame l’effort du corps, il faut organiser. C’est-à-dire structurer son environnement (professionnel, personnel, etc…) par rapport au temps de l’effort, au sein d’un univers rempli d’aléas. En triathlon, l’objectif se planifie sur 6 mois ; on peut procéder de même dans l’entreprise. La sérénité du management passe par une définition des objectifs sur une distance de temps donnée. Il faut se préparer et anticiper. » Pour autant, le membre du Codir de Ventealapropriete.com - au même titre que le sportif - ne perd pas de vue « l’univers rempli d’aléas » et la nécessité de réagir en conséquence, ce que le monde entrepreneurial nomme « l’agilité ». La pandémie de la Covid-19, par exemple, et la situation économique complexe qu’elle a générée, a plutôt favorisé tout le secteur de la vente en ligne, et particulièrement celle des vins. « Avec Ventealapropriete.com, nous avons la chance de nous trouver du bon côté de la barrière. L’entreprise dispose d’un fort potentiel de développement, et mon rôle consiste à conceptualiser des mutations de modèles et à structurer l’équipe en conséquence. La crise sanitaire a engendré pour nous une accélération qui nous a permis d’engager notre projection vers ce que l’entreprise doit devenir. Voilà l’agilité dont nous devons faire preuve. »


Ecrire pour parler

Lorsqu’il parle de Ventealapropriete.com, Alaric de Portal est naturellement prolixe. Ce qui ne laisse pas de surprendre quand il se définit lui-même comme « maladivement timide, préférant l’écrit à l’oral ». Il est vrai, cependant, que l’essentiel du message que porte l’entreprise passe par le rédactionnel. C’est d’ailleurs ainsi qu’il a commencé dans le métier, à travers le Guide des meilleurs vins de France à moins de 20 € (édité par La Revue des Vins de France). Ce qui lui a permis, pendant quelques années, de déguster… les meilleurs vins de France. Cela lui a également donné l’occasion de mettre en application son goût pour la philosophie - goût que l’on a déjà perçu -, qu’il pratique en alternance avec le triathlon - les deux activités n’étant pas incompatibles. « Cela m’a conduit à une large réflexion sur les sens. On appréhende la vie par les sens. Effectuer un travail qui aiguise les sens permet d’avancer vers soi. A travers la dégustation et le fait de porter un jugement sur ce qui est bon ou… moins bon, je me suis élevé. » C’est alors qu’Olivier Poussier, élu Meilleur sommelier du monde en 2000, lui propose de le rejoindre à Ventealapropriete.com, où il est consultant. En sa compagnie et celle de Christian Martray (ancien chef sommelier du restaurant Albert 1er, double étoilé à Chamonix), Alaric de Portal forme le trio de mousquetaires-dégustateurs maison, aussi complices que complémentaires, jamais en retard d’une belle découverte. « Notre sélection est subjective, mais toujours haut de gamme. Nous nous engageons, et ce prérequis fait notre force. »


« Je m’éclate »

A Ventealapropriete.com Alaric de Portal parcourt certes les vignobles mais s’intéresse aussi de près aux rouages d’une petite entreprise (une grosse vingtaine de salariés) à taille humaine, pour en gravir rapidement les échelons. « Les responsabilités sont nourrissantes et donnent une vision périphérique des choses. » Elles font prendre conscience, également, que des études erratiques et l’absence de diplôme ne doivent pas se transformer en complexe freinant toute ambition : la réussite professionnelle ne passe pas forcément par une école de commerce. D’ailleurs, lorsqu’il doit aujourd’hui engager un nouveau collaborateur, il ne se focalise pas (enfin, pas uniquement) sur les compétences techniques du postulant mais évalue attentivement son « envie » de rejoindre l’équipe. Car c’est bien l’envie d’aller plus loin (plus haut, plus fort - sic !) qui anime Alaric de Portal en sein d’une entreprise qu’il déclare aimer profondément. Ce qu’il résume d’un « je m’éclate » dont il n’est pas nécessaire de faire davantage l’exégèse.


Arvitis


Jérémie Petit